Eolien industriel au Mas et à Payra. Chronologie d'une aberration

 
article image

Merci à toutes et tous d'être venus à la réunion publique à la salle des fêtes de Villeneuve !

Voici un PDF de synthèse ; parlons-en autour de nous, portons la bonne parole de notre cause commune !

(et n'oublions pas la pétition en ligne...)

Ouvrir le fichier PDF...
Photo-montage, réalisé à l'échelle, des éoliennes du Mas-Saintes-Puelles (et son église classée aux monuments historiques) vues depuis l'autoroute A61
Photo-montage, réalisé à l'échelle, du Mas-Saintes-Puelles (et son église classée aux monuments historiques) vu depuis l'A61


18 éoliennes de 130 mètres de hauteur

18 éoliennes de 130 mètres de hauteur, c'est le projet à l'étude, situé à cheval sur les 2 communes de Payra-sur-l'Hers (12 éoliennes) et du Mas-Saintes-Puelles (6 éoliennes), initialement annoncé par le promoteur EDF Energies-Nouvelles en décembre 2015 et juin 2016.

Ce projet est une aberration, et sa réalisation constituerait un désastre sur le plan écologique, sur le plan humain, et sur le plan du développement du territoire.

A présent (mars 2018), aux dernières nouvelles, il s'agirait d'éoliennes de 130 mètres et de 150 mètres de hauteur.

Pour une bonne compréhension, commençons par un aperçu cartographique de la situation.

L'implantation annoncée

Cartographie (cliquer pour plus de détails)
Cartographie (cliquer pour plus de détails)

L'implantation annoncée, c'est aux portes de Castelnaudary, dans les collines de la Piège, sur la ligne de crêtes en surplomb de la plaine du Lauragais et du Canal du Midi, le long de la ligne de partage des eaux Atlantique / Méditerranée.
Le Mas-Saintes-Puelles, Payra-sur-l'Hers, Villeneuve-la-Comptal, Cumiès, Molleville, Montauriol... et de nombreux autres villages de la Piège, ainsi que la plaine du Lauragais jusqu'à Castelnaudary, tous sont exposés frontalement à ces deux projets.

Nos visualisations cartographiques fournissent le détail de l'implantation annoncée, et des différents impacts majeurs qui s'y rapportent.

Mais pourquoi certains tentent-ils d'imposer ça, ici ?

article image

Une éolienne, c'est mieux qu'une centrale nucléaire, bien entendu. Pour autant, faut-il faire n'importe quoi, n'importe où ?
La transition énergétique, ce n'est pas donner les clés de notre territoire aux promoteurs privés pour qu'ils y fassent ce qui leur rapporte le plus.
La transition énergétique, ça ne se résume pas à choisir entre une centrale nucléaire ou des éoliennes terrestres n'importe où, ceci est une fausse question ; et heureusement !

Ici, ces projets se situent en pleine zone NATURA 2000, dans la Zone de Protection Spéciale "Piège et collines du Lauragais", et plus précisément, le long de la ligne de partage des eaux, là où les enjeux de protection NATURA 2000 ont été inventoriés à "Exceptionnels", eu égard aux grands rapaces dont c'est le territoire.
Ces éoliennes géantes, ici, ce serait une hécatombe...

On a déjà un beau projet de serres photovoltaïque qui va prendre forme ici même, c'est sur les rails. Le territoire participe donc activement, de façon innovante, et dans l'intérêt de tous, à la transition énergétique.
Dès lors, pourquoi, au contraire, souhaiter devenir le territoire vitrine en France des plus beaux hachoirs à rapaces, pourquoi souhaiter devenir le modèle désolant de ce qu'il ne faut pas faire ? Ici où les enjeux de protection Natura 2000 sont au niveau de sensibilité maximum en Europe...

Par ailleurs, l'Etat, dans sa stratégie à long terme d'aménagement du territoire, a décrété que l'éolien industriel n'a pas sa place ici. Citations du plan éolien de la Préfecture de l'Aude :

  • Cette zone doit constituer un "lieu de protection" et rester une "respiration vierge de tout projet éolien"
  • "Les collines de la Piège ont une hauteur trop faible pour servir de "socle" à l'échelle des éoliennes actuelles de 100 à 120m", car "l'échelle des collines qui encadrent une vallée doit être a minima deux fois supérieure à la taille des machines"

Puisque ces 2 projets ne sont pas faits dans l'intérêt de l'environnement, mais contre l'environnement (hachoirs à rapaces en ZPS Natura 2000 aux enjeux "exceptionnels"),
puisque ces 2 projets défient toute logique d'aménagement du territoire, et insultent la parole de la Préfecture de l'Aude en la matière, 
puisque ces 2 projets chasseraient de chez eux des dizaines d'habitants, et les nombreux gîtes et chambres d'hôtes qu'ils ont établis,
puisque ces 2 projets sont faits contre le développement du tourisme vert, contre un développement harmonieux du territoire,
alors, décidément, quelle explication peut-on trouver à leur génèse, si ce n'est que ces projets sont faits dans l'intérêt financier de certains, au détriment de l'environnement, et au détriment du bien commun ?

La transition énergétique, c'est une nécessité absolue ; c'est passionnant, et c'est complexe.
Ne cédons pas à l'anarchie, car ce faisant, on participerait au réchauffement climatique, au lieu de le combattre. Faisons des projets de transition énergétique raisonnés, responsables, adaptés au territoire.

Grand Bassin de Castelnaudary, photo-montage (hauteur max. collines: 120m ; éoliennes: 150m)
Grand Bassin de Castelnaudary, photo-montage (hauteur max. collines: 120m ; éoliennes: 150m)

La chronologie

2002, 2005 : Projets antérieurs, refusés par la préfecture

En 2002, le projet était l'oeuvre du promoteur Energies du Midi (aujourd'hui EDF Energies Nouvelles), portant sur 10 éoliennes, sur les communes de Payra-sur-l'Hers et Fonters-du-Razès. Projet refusé par la préfecture, car le territoire n'est pas adapté à l'éolien industriel.

En 2005, SIIF (aujourd'hui EDF Energies Nouvelles) reprend le flambeau, en... augmentant le nombre d'éoliennes (de 10 à 16 !), de 100m de haut, toujours sur Payra et Fonters, et également sur Fendeille et Mireval. Même cause, mêmes effets ; des conseils municipaux volent en éclats, et cette fois la préfecture coupe court à ce fiasco, et le met à profit pour établir son "plan paysager audois vis-à-vis de l'éolien".

2005 : La préfecture édicte son "Plan paysager audois vis-à-vis de l'éolien".

Ce plan détaille, à l'échelle du département de l'Aude, quelle est la stratégie d'aménagement du territoire, vis-à-vis de l'éolien : il édicte quels sont les territoires aptes à recevoir de nouveaux projets, quels sont ceux aptes à de la densification, et quels sont ceux inaptes.
Concernant notre territoire, ce plan réalise une étude et un diagnostic très précis ; il entérine le fait que notre territoire n'est pas adapté, il doit rester vierge de tout projet éolien industriel.
Dorénavant, ce plan audois conditionne la légitimité de tout nouveau projet présenté par les industriels.

2006 - 2007 : Projet immobilier de village nouveau à Payra

M. le maire de Payra-sur-l'Hers cherche à vendre son domaine agricole à un promoteur, dont le projet est la création d'un golf 18 trous et d'un complexe immobilier de 800 logements (population de Payra : 180 habitants). Entre la position du préfet, "vigilant au cas où ce projet servirait de cache-sexe à des projets strictement immobiliers", et la crise immobilière qui éclata à cette période, ce projet ne vit jamais le jour, et M. le maire de Payra est toujours propriétaire de ses terres. http://www.ladepeche.fr/article/2007/08/10/15562-castelnaudary-golf-payra-projet-est-fond-trou.html

2006 à 2015 : ZPS Natura 2000 "Piège et collines du Lauragais"

Création de la Zone de Protection Spéciale Natura 2000 "Piège et collines du Lauragais", puis réalisation des études et mise en place des plans d'actions et de développement associés. Notre territoire de la Piège audoise s'inscrit en totalité dans cette ZPS Natura 2000. C'est un très grand atout ! Pour la préservation de la biodiversité, et pour le développement du tourisme de pleine nature, ici sur ce territoire préservé. 

Décembre 2015 : Projet éolien, le retour. On prend les mêmes et on recommence...

Deux conseils municipaux (Payra-sur-l'Hers, puis le Mas-Saintes-Puelles) qui votent pour.
Et revoilà EDF Energies Nouvelles, qui annonce réaliser ses études sur un potentiel de 18 éoliennes de 130 mètres (*) à cheval sur les 2 communes ; études régies par le seul respect de la distance réglementaire de 500 mètres des habitations du Mas, de Payra, et par ricochet de Molleville, Cumiès, Montauriol, Villeneuve. Les zones d'implantations à l'étude sont représentées sur la visualisation cartographique.

De décembre 2015 à juin 2016, EDF E-N est seul maître à bord, et présente les zonages à l'étude ; d'abord à Payra-sur-l'Hers, centré sur les terres agricoles de M. le maire et de M. le maire adjoint ; puis au Mas-Saintes-Puelles, dont le conseil municipal s'est aussi déclaré intéressé. Une campagne promotionnelle de "financement participatif" est également lancée par EDF-EN, afin que les particuliers qui le souhaitent puissent obtenir un bonus unique de quelques dizaines ou centaines d'euros, en contre-partie des millions d'euros de revenus annuels attendus par le promoteur. 

Durant l'été 2016, apparition d'un nouvel acteur : Ecopower. Durant l'été, les 2 promoteurs EDF Energies Nouvelles et Ecopower s’affrontent à qui touchera le pactole éolien.
Résultat des courses, nous avons à présent affaire à deux promoteurs éoliens, pour 2 projets distincts :

  • Ecopower à Payra sur l'Hers (d'où il a évincé EDF E-N),
  • EDF E-N se concentre alors sur le Mas-Saintes-Puelles (avec 6 éoliennes, les 12 autres étaient annoncées sur Payra sur l'Hers).

Concrètement, cela change quoi ? 

  • EDF-EN paraît être "en avance sur Ecopower" pour présenter le premier son projet éolien en préfecture.
  • On ne connaît pas à ce jour (mi-novembre 2016) les intentions précises de Ecopower pour son projet éolien de Payra. On sait par contre, en date du 13/09/2016, que "les études sont lancées", et que "j'ai jamais construit de machines en dessous de 125 mètres".

Mise à jour, mars 2018 :

  • EDF-EN a annoncé projeter de déposer son dossier en préfecture autour de juin/juillet 2018.
  • Ecopower vient tout juste d'installer son mât de mesures ; il fait 99m de hauteur, ce qui, en faisant l'hypothèse classique qu'il s'agit de la hauteur envisagée pour le rotor, amène à penser que le projet d'Ecopower porte sur des éoliennes d'environ 150m de hauteur.

 

Quelle légitimité ?

Voilà donc les élus de la municipalité de Payra-sur-l’Hers, élus sur un programme de réhabilitation des sentiers de randonnée, repartis pour la 3ième fois en 15 ans, au mépris de tout mandat électoral, dans un forcing pour avoir son champ d’éoliennes industrielles géantes. A nouveau centré sur les terres agricoles de M. le Maire. Comme un air de déjà vu. 

 

échelle de dimensions éolienne géante comparée à maison, arbre, statue de la liberté

Et peu importe, aux élus de Payra comme du Mas, que ces éoliennes géantes soient situées à 500 mètres en surplomb des habitations de certains de leurs administrés, ou des habitations de communes limitrophes. Nous sommes dans une zone où l'habitat est partout. Confer la visualisation cartographique, ce sont des dizaines d'habitations qui sont situées aux abords immédiats des périmètres concernés ; et nombreuses sont celles qui font chambres d'hôtes, oeuvrant ainsi en faveur du tourisme vert, qui est un atout majeur de notre territoire, et qui est en plein essor. Mais qu'importe, n'est-ce pas ?

Pour cette 3ième tentative, les éoliennes ont encore grandi. Les précédentes étaient déjà, de fait, disqualifiées car non conformes au plan Audois stipulant que notre territoire (vallée de l’Hers, lignes de collines en limite du Lauragais et du sillon Audois) est explicitement proscrit pour l’implantation d’éolien industriel, en raison notamment de « la hauteur des collines trop faible pour servir de socle à l’échelle des éoliennes actuelles de 100 à 120 m » ; mais qu’importe les directives préfectorales, n’est-ce pas ?

en pleine ZPS Natura 2000...

le grand rapace Circaète Jean-le-Blanc
Circaète Jean-le-Blanc

De plus, à présent, nos collines de la Piège sont une zone classée Natura 2000, Zone de Protection Spéciale, directive « oiseaux ». La ZPS Natura 2000 "Piège et collines du Lauragais" joue un rôle essentiel dans la protection des oiseaux, et notamment des nombreuses espèces de grands rapaces qui y sont recensés.

La Ligue de Protection des Oiseaux tire la sonnette d'alarme concernant l'implantation d'éoliennes à proximité des ZPS Natura 2000.
Les études se succèdent, et démontrent l'hécatombe de rapaces causée par les pales des éoliennes, tout particulièrement en ZPS Natura 2000, zones qui justement ont été établies en raison de la présence remarquable de ces oiseaux, et dont la raison d'être est justement de protéger ces oiseaux... dernièrement c'est le journal Le Monde qui se fait l'écho de cette hécatombe, ou encore plus récemment France 3.

EDF E-N eux-mêmes reconnaissent, dans leur propre étude d'impact du projet éolien de Saissac, que les oiseaux protégés par la ZPS Natura 2000 "Piège et collines du Lauragais" ne seront pas menacés par les éoliennes de Saissac, en raison de la distance suffisante (19km) qui sépare cette ZPS du site de Saissac.

Or, voilà à présent que ce même promoteur EDF E-N cherche à installer 18 éoliennes de 130m en plein dans la ZPS "Piège et collines du Lauragais", et précisément au coeur d'une zone dont l'enjeu de protection Natura 2000 est qualifié d'"exceptionnel"... et cela ne l'inquiète plus...

et ces gens n'ont pas honte

Tout cela ne dérange pas les promoteurs, et leurs relais locaux, de revenir, toute honte bue, avec leurs projets, prêts à renier toutes ces valeurs, et à démolir toutes les initiatives de développement réalisées et encore à réaliser... ces gens n'ont pas honte...

Mais, pourtant, on pourrait faire les choses un peu différemment, et infiniment plus intelligemment, non ? Apporter des modifications, certes un peu plus compliquées, certes qui rapporteraient moins de cash direct au promoteur, mais qui transformeraient ces projets en une chance pour le développement du territoire, sans en condamner aucune composante ; non ? Et bien, non. Naïfs que nous sommes. On constate que les interlocuteurs de ces projets, c'est personne. Ces projets sont entre les mains des promoteurs. Ils feront ce qui leur rapportera le plus, pour le moindre effort. Faire quelque chose de plus compliqué et qui leur rapporterait moins ? Et puis quoi encore ?

la Ganguise
la Ganguise

Nos villages se repeuplent. Des gens d'ici ; aussi des Anglais, des Hollandais, des Belges. Nous sommes redevenus un territoire attractif. C'est un coin magnifique ! Le tourisme de pleine nature prend son envol, sous l'impulsion conjuguée des collectivités locales (pour qui c'est un axe stratégique), et des multitudes d'initiatives sur le terrain. Les activités foisonnent autour du bio, des circuits courts, de l'agro-écologie, tout cela s'articule avec la ZPS Natura 2000 dans un cercle vertueux et dans une grande cohérence. Oui, mais... oui mais voilà que deux projets sont dans les starting-blocks pour faire éclater cette belle cohérence.

Ces deux projets sont la négation de la vie publique locale, et ils affichent un remarquable mépris pour l'autorité de l'Etat. Ils sont la voie du profit maximal pour un investissement et un effort minimaux, ils sont conçus par les industriels selon leurs intérêts privés, moyennant le saccage de nos paysages, de notre cadre de vie à tous, du patrimoine de notre territoire.

extrait cartographique ZPS Natura 2000 versus éoliennes, habitat, tourisme
extrait cartographique Natura 2000

Ils condamneraient le développement du tourisme vert, et ils réduiraient à néant tous les investissements et les initiatives, réalisés jusqu'ici dans ce domaine, ainsi que dans le cadre de la ZPS Natura 2000 dont ils constituent une menace existentielle frontale.

Ces deux projets font aussi peser la même menace pour toute la Piège audoise.

Nous aurions souhaité que les choses se passent différemment, mais en l'absence de toute alternative, nous sommes déterminés à nous opposer à ces deux projets, et à oeuvrer pour la protection de l'écosystème, et pour le développement de notre territoire dans l'intérêt de tous. Notre opposition à ces deux projets privés s'inscrit, du reste, dans la droite ligne des stratégies d'aménagement du territoire et de transition énergétique de la Préfecture et de la Région.
Consultez les autres articles du site pour mieux comprendre. Si vous aussi voulez agir et faire entendre votre voix, rejoignez-nous.

 

(*) pour comparaison, le relai hertzien du Mas fait 51 mètres de hauteur (hors antennes sommitales)

.
 
Poursuivre vers un autre article